Introduction aux nouvelles psychanalytiques de Poïésis sur RADIOPSYCHEZVOUS.COM sur Imagine de John LENNON

L’expérience psychanalytique que j’ai traversée, @ porté ma création jusqu'au noyau autistique qui m’a fait découvrir grâce à l’interprétation, une ouverture artistique et poétique dans le lien à l’autre, que je n’avais pas encore réussie à développer antérieurement.
Dans notre société actuelle qui oriente sa politique à ranger les individus dans des cases telles que l’évaluation, la compétition, et le « désaccueil »,une Société où la Science et la Politique sont plus préoccupées par leurs profits que de leur Ethique, une Société où nous avons des droits, j’ai le devoir de vous exprimer que mon désir est de témoigner de ma singularité assumée.

A « chaque un » d’entendre dans la temporalité qui lui appartient, avec la solitude qui est la sienne, ce que je laisse « transe-pirer » dans mon recueil « Poïésis I » qui est la continuité de mon livre précédent « Causelle, ma plus belle histoire d’amour c’est vous ».

Ce désir qui est le mien rejoindra  seulement par contingence, ce qu’on appelle la rencontre d’autres désirs humanisés à venir avec ce principe directeur, celui d’une ouverture et d’une prise de conscience d’assumer cet étranger qu’il y a en « chaque un » de nous.

Introduction aux nouvelles psychanalytiques de Poïésis est une ouverture ludique d’une Cité à venir basée sur la responsabilité et la prévention, où chaque sujet puisse un jour s’exprimer avec son désir « averti ».

je vous souhaite un bon entendement .. Carole MAIRE

« Parfum d’une nuit d’été » Poïésis I Carole MAIRE


Le violon scelle la tonalité,
Tout droit sortie de l’éternité,
Ton corps meurtri s’éveille, là !
Au rythme de ton cœur qui bat.

Tu roules, tu t’enroules, tu déroules,
Tes muscles longs excitent la foule,
Et le voile laiteux et charnelle de l’ « Âmatrice »,
Se déchire, laissant ton corps nu, quel délice !

Une à une, les notes envahissent l’espace,
Suspendues au gré de ton souffle hurlant.
Ton timbre larmoyant crible le silence,
De l’instant sensible, de ce lieu parlant.

Puis, les couleurs s’animent et se déchaînent,
Et se mêlent les larmes de pluies de « Castamère ».
Ton corps insistant s’écrit sur la toile qui devient Lac,
Laissant dans l’instant présent, la trace du ressac.

Interprété par Janice LLELO en brésilien



Citation de Françoise DOLTO  « c’est la parole qui fait vivre »
  Citar Françoise Dolto "é a palavra que dá vida"

"As palavras são vibrações de som, as imagens de vibrações luminosas, sensações de vibração da carne, e física, vibração é um espaço que tem uma existência real. Quando eu emitir um som, uma palavra, eu criar um espaço de vibração contínua da minha boca ao ouvido. Isso significa que, se vivemos em áreas de vibração, se não tivéssemos corpo, sem materialidade, não toque e não há olhos para nós perceber, nós nunca poderíamos nos viver como separados uns dos outros ".




Chanson "Eu sou" de Silvio BRITO

Eu sou o brilho do olhar que ilumina teu ser
Je suis le regard scintillant qui illumine votre être
Eu sou a felicidade, a ternura e o prazer;
Je suis le bonheur, la tendresse et le plaisir;
Sou a magia do sonho e a loucura da realidade
Je suis la magie du rêve et la folie de la réalité
Sou o equilíbrio do mundo e a liberdade.
Je suis l'équilibre du monde et la liberté.
Eu sou o encanto fecundo no ventre das mães
Je suis le charme fécond dans le ventre des mères
Sou que divido as águas e multiplico os pães
Je suis celui qui divise les eaux et multiplier les pains
Eu sou o som mais bonito que a voz do infinito ressoa
Je suis le plus beau son que la voix infinie qui résonne
Eu sou a cega justiça que tudo vê, mas perdoa.
Je suis la justice aveugle qui voit tout, mais pardonne.
Quem eu sou, eu sou a luz do mundo, o sol, a terra, a integração
Qui suis-je, je suis la lumière du monde, le soleil, la terre, l'intégration
Sou o centro do centro, explosão de dentro, e a libertação;
Je suis au centre du centre, l'explosion à l'intérieur, et la libération;
Nada sem mim te serve, sou teu escravo, sou teu senhor;
Rien sans moi te sert, je suis ton esclave, je suis ton maître;
Verbo que não se escreve, pois já está escrito eu sou o amor
Mot qui ne s’écrit pas, puisqu’il est déjà écrit, je suis l'amour
A última que morre sou eu por que nunca morri
Le dernier à mourir c’est moi, pourquoi jamais mort
Pois antes do tempo nascer foi quando eu nasci
Car, avant le temps de naître a été, quand je suis né
A fé e a esperança de antes, durante e além do depois,
Foi et l'espérance, avant, pendant et au-delà d’après,
Sou o que existe em você bem maior que nós dois.
Je suis ce qui existe en vous bien plus grand que nous deux.
Sou eu que sustenta o universo na palma da mão
Je suis celui qui soutient l'univers dans la paume de la main
Eu sou a centelha divina do teu coração
Je suis l'étincelle divine de ton cœur
Eu sou a chama que aumenta o calor e a paixão dos amantes,
Je suis la flamme qui augmente la chaleur et la passion des amants,
Sou o farol que orienta perdidos e errantes.
Je suis le phare qui guide les perdus et les errants.


Traduction citation Colette SOLER
Com lalangue Lacan responder a “Wo Es soll Ich war Verden” de Freud, cito: lalangue é "saber inalcançável para o assunto."
  Isso deveria nos proteger de qualquer vocabulário del acesso,acesso al real, acesso ao gozo, O acesso à iluminação. Nós não acessa o real,   ele se manifesta sem o seu consentimento.
Não é acessado al gozo para fora, que mantém você em cativeiro en nas suas diversas formas.
Não é acessado, mas podemos dar- o "eu não quero saber nada"  e participar de pesquisas – mas pontual e efêmera, Lacan apontou.

Samba d’une Minute de Roberta Sa....

Poïésis L'interprétation poétique Paris/ Stéphanie COCUAU de Carole MAIRE